Quand une mère comprend qu’elle n’a rien compris, et s’en trouve ravie sous les yeux rieurs de Sylvain, son enfant dyslexique. C’est l’effet Puissance Dys qui soulage les maux et redonne les mots à Sylvain et sa maman.
La maman de Margaux a toujours senti que sa fille ne résonnait pas comme tout le monde. Forcément, elle est dyslexique ! Génial ! Car, grâce à cela, elle découvre un monde de copines exceptionnelles comme elle. Avec Puissance Dys, un monde nouveau s’ouvre enfin pour petits et grands.
La maman de Louis souffre pour lui de sa dyslexie. Mais son fils trouve que c’est plutôt bien d’être dysfférent. Et si « ne pas être comme les autres » était une force, finalement ? Une Puissance Dys du cerveau et de l’être, peut-être ?!
La maman de Zélie se trouvait bien impuissante devant les moqueries dont était victime sa douce fille à l’école. Mais Zélie a trouvé le chemin de la planète Puissance Dys ! Elle ne comprend pas bien tout ce qu’on n’y fait mais ses habitants sont comme elle : de merveilleux dyslexiques !
Jules ne comprend pas bien ses devoirs, c’est certain… Mais il trouve surtout que ses parents ont besoin d’aide pour mieux le comprendre, lui, et mieux comprendre sa dyslexie, compagne de son quotidien. Quel bonheur alors ce stage où les parents font partie du voyage !
Au début, Sarah ne voulait pas être dys, de ces dyslexiques que l’on montre du doigt à l’école. Mais après 3 jours de stage elle se revendique dys avec un grand sourire. Elle a compris qu’elle avait « un truc » en plus… Et que sa maman aussi.
Etre père d’un enfant dyslexique, c’est très compliqué quand on est dyslexique soi-même. Les souffrances, on les connaît, on les reconnaît. On aimerait que son enfant soit comme les autres. Et si, soudain, ces papas trouvaient génial que leurs enfants soient dysfférents…?
Mathilde et MayLise sont amies de dyslexie ! Un privilège pour se raconter l’une à l’autre et se dire qu’au final, il y a pire qu’être dys… Pendant ce stage, elles partagent leur dysfférence. C’est simple, naturel, et cela leur fait du bien.
La maman de MayLise s’est lancée dans l’aventure Puissance Dys pour mieux comprendre sa fille, mieux l’accompagner et la laisser ouvrir les portes de ce nouveau monde qui s’ouvre à elle : la planète Dys. MayLise s’y engouffre avec joie.
Si Mika a encore du mal à accepter l’aide d’autrui pour comprendre son fonctionnement dyslexique, Léna, elle, y a trouvé les remèdes à ses soucis. Partager sa dysfférence est pour Léna un moyen de s’accepter et de vivre mieux.
Léna et Mika se demandent bien s’ils sont responsables du mal être de leurs parents face à leur dyslexie. Sont-ils responsables de fonctionner autrement, riche d’une autre façon de voir le monde ? Ils s’interrogent et partagent.
La rencontre de Béatrice Sauvageot a été pour Julien une révélation : « un mieux vivre la dyslexie » et « un remède aux idées noires ». Avec Pierre, il met des mots sur cette rencontre qui a changé sa vie.
Paul et Simon sont jumeaux de naissance et de… dyslexie. Quel bonheur de mettre enfin un mot sur cette dysfférence qui ne disait pas son nom et s’immisçait entre les pages de leurs livres. Avec Béatrice Sauvageot, ils ont enfin posé le mot sur leurs maux.
Pour écrire un mot, Colin en écrit un autre. Pour dire le bon mot, Louis doit en enchaîner trois qui se ressemblent. Mais c’est quoi ce cerveau dyslexique qui fait des pirouettes ? C’est chouette ! C’est pas une maladie, ça non !