Puissance Dys / Sensibilisation / Chroniques " Edwige "

Chroniques " Edwige "

L’idée des chroniques est de résoudre les problèmes les plus intenses en deux minutes max. Mission impossible, défi relevé ! Edwige s’y attèle avec la patience de Sisyphe, elle continuera éternellement à remplir le seau sans fond, avec une énergie toujours renouvelée. Edwige ne déprime pas... jamais.

" Les chroniques sont nées parce que les parents qui défilent au cabinet de Béatrice sont anxieux, inquiets, déprimés. J’ai fait partie de la cohorte des parents anxieux, inquiets, déprimés, j’ai vécu cet état dans mes tripes, il fallait trouver une parade. J’ai vu les enfants porter leur lourd bagage d’échec, de mise au ban et je les ai vus ressortir gonflés à bloc après un stage ou un atelier, accrochés au rire et à la légèreté. Faire rire sur le sujet, c’est l’urgence. Les dyslexiques sont une mine d’humour, la matière est là à portée de main et à portée de sens. Edwige est une adulte qui se trompe, alors elle donne le permis du droit à l’erreur. Elle est en connivence, en complicité avec l’interlocuteur qu’il soit enfant ou adulte. On ne sait pas d’où elle vient, ni ce qu’elle fait mais on sait qu’elle est un peu comme nous, un peu plus que nous, alors on peut rire. "
Marianne Pichon (alias Edwige)

Edwige a fait ses premiers pas avec Béatrice Sauvageot sur scène, dans le spectacle " Vive la dyslexie ! " En développant un personnage comique à partir de perles et de comportements incongrus volés aux dyslexiques, Edwige s’est placée en traductrice de la langue scientifique employée par l’orthophoniste.